Comme chaque été depuis maintenant 3 ans, Juillet = stress avec nos 230 scouts en vadrouille  les visites de camps .

La 1ère année, la parisienne que je suis était un peu perdue. La cuisine au feu de bois, la vaisselle à l'eau froide, la toilette de chat et les nuits sous la tente sont une découverte pour moi.

Mais petit à petit on prend ses marques à tel point que cette année MrMacaron m'annonce tout de go que nous partirons 4j d'affilé rendre visite à tout ce petit monde.

J'ai répliqué dans la foulée : et ma douche ????? Non parce que là, je veux bien m'habituer (la pluie, le froid, les piqûres d'insectes en tout genre ...) mais il y a certaines choses qui sont non négociables ! MrM n'a pas bronché ......

Nous sommes donc partis, le coffre rempli de tout le nécessaire (entendez bien, tout le nécessaire pour une parisienne néophyte dans l'art de camper !) :  la tente, l' anti moustique, mes paires de chaussures (il est inconcevable que je parte quelque part avec UNE seule paire de chaussure !), des pulls, des cirés une lampe de poche, du PQ, de quoi faire une toilette de chat et aussi de prendre une vraie douche, un duvet dont la température de confort est -5°C (on n'est jamais trop prudent !) quelques doliprane, un chargeur de batterie de téléphone, l'uniforme repassé et le foulard correctement roulé, et enfin 17 brownies, petite douceur pour chaque unité !

Et comme d'habitude, après le stress du départ en camp de chaque unité avec:

1) l'autorisation de camper toujours pas validée, un chef qui ne viendra pas, le car qui arrive avec 1 heure de retard ....

2) les parents pénibles qui s'inquiètent sur : la sécurité, les activités, les piqûres de tiques .....ceux qui râlent aussi car les dates ne leur conviennent pas, ne veulent pas prêter leur voiture, veulent une ristourne sur le prix du camp car leur tête blonde partira 2 jours avant, ne peuvent faire de covoiturage ....

bref, après toutes ces péripéties qui me font puiser au fond de moi toute la diplomatie et le calme dont je suis capable (hum, hum ....), ces visites de camp sont une vraie bouffée d'oxygène.

Et en arrivant on découvre des dizaines de visages souriants, des chefs et cheftaines qui donnent tout pour faire grandir les enfants, des installations incroyables, parfois des repas improbables (mais cette année je me suis plutôt régalée !), des rencontres formidables (j'ai été embrassée par une grenouille à la tombée de la nuit ; une expérience pareille ça ne s'oublie pas !), des moments de grand calme lors de la veille de nuit près du feu, seule à réfléchir, lire, méditer et prier dans le calme de la nuit entourée des bruits de la forêt ...

Aujourd'hui, alors que nous partons pour la soirée rendre visite au dernier camp louveteau, je me dis que OUI cet accompagnement prend du temps, OUI il y a des jours où toute cette organisation me tapait sur le système, mais combien j'ai reçu, combien j'ai appris, combien j'ai aimé vivre ces moments !

Une partie des Maîtrises nous quitte à la fin de l'été et une page se tourne car ces jeunes qu'on ne connaît pas au début de l'année, mais qui ont une telle énergie, une telle bienveillance et une telle foi, je n'ai pu m'empêcher de m'y attacher. Ils poursuivent leur route et sans doute ne sauront ils jamais combien ils m'ont apporté et comme j'espère avoir tissé avec eux des liens d'amitié...

IMG_7956

IMG_8067

IMG_4400